Le Bal des Immobiles – Programme d’interventions artistiques en EHPAD

1_Projet_Maison-Gutenberg_Verbcelte_Ateliers_crédit-Adrien-Patacq
1_Projet_Bal-des-Immobiles_Verbecelte_crédit-Adrien-Patacq
3_Projet_Bal-des-Immobiles_Mathilde-Corbet_crédit-Adrien-Patacq
6_Projet_Bal-des-Immobiles_Restitution_crédit-Adrien-Patacq
8_Projet_Bal-des-Immobiles_Restitution-crédit-Adrien-Patacq
2_Projet_Bal-des-Immobiles_Lucie-Laustriat_crédit-Adrien-Patacq
5_Projet_Bal-des-Immobiles_Lucie-Laustriat_crédit-Adrien-Patacq
7_Projet_Bal-des-Immobiles_Restitution-crédit-Adrien-Patacq
9_Projet_Bal-des-Immobiles_micro-édition-crédit-Adrien-Patacq

“Le Bal des Immobiles” est un projet pluridisciplinaire mêlant arts du cirque et arts plastiques. Ce projet à pour objectif de rassembler 3 EHPAD de la région Rhône-Alpes ( Saint Vincent, Ma Demeure, Saint Joseph) et leurs résidents autour de l’apprentissage d’un spectacle déambulatoire chorégraphié sur le thème des fleurs.

 

Pour se faire, différents artistes ont proposé une programmation d’ateliers

La compagnie Verbecelte pour le volet arts du cirque

Lucie Laustriat & Mathilde Corbet pour la partie arts plastiques : collages, peinture, écriture

 

À travers ce projet nous avons souhaité créer des rencontres régulières entre résidents, jeunes apprentis et artistes à l’intérieur des EHPAD mais aussi générer du lien entre les résidents des trois établissements.

Ce projet inclut également une dimension intergénérationnelle, grâce à l’intervention des étudients des lycées Casanova, Don Bosco et Jacquard, qui ont activement participé à la mise en place et l’animation des ateliers. 

 

Le Bal des Immobiles fait à la fois référence aux fleurs et aux résidents. Cette performance chorégraphiée s’inspirant du monde végétal, raconte à la fois notre fragilité et la notion de mouvement inhérente à la vie. Les plantes, silencieuses, en apparence immobiles, souffrent de l’indifférence du monde. Elles sont négligées alors même qu’elles incarnent la vie.

 

C’est donc à travers la pratique de la danse, des arts du cirque mais aussi de la peinture, et du collage que les résidents ont avancé collectivement dans la création d’un ensemble poétique et vivant.

La restitution du projet, qui a eu lieu le 24 juin dernier, a pris la forme d’une représentation chorégraphiée à l’EHPAD Saint Joseph. Ensemble, les résidents des 3 EHPAD ainsi que les artistes de la compagnie Verbecelte ont performé le “Bal des Immobiles”.

 

Cette journée festive a aussi été l’occasion  d’exposer les créations réalisées tout au long de l’année. Un moment unique d’échange et de partage qui a permis de renforcer le lien entre résidents, artistes, animatrice, et étudiants.

 

Pour l’occasion une micro-édition retraçant l’ensemble du projet a également été présentée à l’ensemble des participants.



Crédit photos : Adrien Patacq-Croutzet

À la découverte de l’aquaponie avec EcosiAg

1_Projet_EcosiAg_Fresque_Aquaponie_crédit-Adrien-Patacq-Croutzet
4_Projet_EcosiAg_Atelier-réalitée-augmentée_Aquaponie_crédit-Adrien-Patacq-Croutzet
5_Projet_EcosiAg_Atelier_Fresque_Aquaponie_crédit-Adrien-Patacq-Croutzet
7_Projet_EcosiAg_Fresque
2_Projet_EcosiAg_Atelier-cyanotypes_Aquaponie_crédit-Adrien-Patacq-Croutzet
5_Projet_EcosiAg_Atelier-réalitée-augmentée_Aquaponie_crédit-Adrien-Patacq-Croutzet
6_Projet_EcosiAg_Fresque-Henri-Lamy_Aquaponie_crédit-Adrien-Patacq-Croutzet

Dans le cadre de l’installation d’une micro-ferme urbaine d’aquaponie dans le quartier de Mermoz (Lyon 8) par l’entreprise EcosiAg, nous avons imaginé un programme d’ateliers artistiques pour les habitants du quartier autour de l’univers de l’aquaponie.

 

Ces actions de médiation sont réalisées en collaboration avec des acteurs locaux (écoles, collège, centre social), et permettent d’ancrer l’aquaponie et l’agriculture urbaine sur le territoire. L’art est ici un moyen de sensibiliser et d’informer sur les enjeux environnementaux en rendant les habitants acteurs du projet.

 

Une série de 3 actions de médiation ont donc eu lieu pour ensuite laisser place à la réalisation d’une fresque sur les conteneurs par l’artiste Henri Lamy.

 

 Les artistes ont donc proposés des initiations à diverses pratiques artistiques telles que :

 

– La création d’affiches en réalité augmentée avec le designer interactif Ferdinand Dervieux et les jeunes du centre social Mermoz

 

– La création de chimères (poissons-plantes) et la réalisation d’une fresque avec l’artiste-peintre Henri Lamy et les enfants de l’école maternelle Louis Pasteur

 

– La création de cyanotypes autour de la thématique des bactéries avec l’artiste Dounia Jauneaud et les jeunes du Collège Mermoz

 

À la suite de ces ateliers, Henri Lamy s’est chargé de l’habillage artistique des conteneurs de la micro-ferme urbaine d’EcosiAg, en lien avec l’univers de l’aquaponie.

 

L’inauguration de la fresque qui a eu lieu le 22 juin a permis de réunir acteurs, partenaires  et bénéficiaires du projet autour d’un pot convivial. L’artiste Dounia Jauneaud et l’association Ebulliscience ont proposé des ateliers mêlant arts et sciences.

 

Ce fut aussi l’occasion d’exposer les œuvres créées tout au long du projet par les enfants et adolescents du quartier !

 

Crédit photo : Adrien Patacq-Croutzet

À la recherche du temps perdu — Programmation estivale à Lyon 7ème

Avec la crise sanitaire, écologique et économique, renouer le lien social est plus que jamais nécessaire. Dans cette optique, nous avons construit une programmation d’actions culturelles tournées vers les plus vulnérables,  élaborée avec la Commission Vie sociale du Conseil de quartier Gerland. Cette collaboration nous permet d’être en relation avec de nombreuses structures socio-éducatives du quartier et de la ZAC des Girondins, comme la pension de famille Casa Jean Jaurès et la Résidence Séniors Jean Jaurès.

 

Dans ce secteur en pleine mutation, nous avons rattrapé ensemble le temps perdu autour d’activités resserrant nos liens, nous rapprochant du vivant, sous toutes ses formes.

 

Crédit photos : Adrien Patacq

 

EHPAD Ma Demeure — Résidence artistique

Pour célébrer son 60ème anniversaire, Ma Demeure Philomène Magnin, Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes, a souhaité créer un projet artistique construit sur le long terme en collaboration avec ses habitants.

 

Afin de l’accompagner dans cette démarche, Maison Gutenberg a rassemblé trois artistes pour créer une résidence artistique in-situ de six mois. Le programme débute en juin 2019 avec la mise en place d’ateliers réguliers pour créer la rencontre entre artistes et résidents.  Petit à petit, ces derniers s’imprègnent de la vie du site et invitent les habitants à la découverte progressive de pratiques plastiques et numériques.

 

Le contenu se construit au fur et à mesure autour du parallèle entre certaines parties du corps comme cartographie de la mémoire, et les fleurs comme prétexte d’accès à cette dernière.

Guidés par les artistes Giulia Zanvit (arts-plastiques), Ghazi Frini (arts-numériques) et Dounia Jauneaud (photographe et performeuse), les résidents créent et deviennent matière de création. 

La restitution, présentée le 28 novembre 2019, s’est matérialisée par une exposition mouvante et poétique superposant les pratiques des trois artistes.

 

Crédit photos : Lionel Rault & Mathilde Corbet